L’œnotourisme en Bourgogne-Franche-Comté tiendra salon en octobre

Save the date : le premier salon digital consacré à l’œnotourisme en Bourgogne-Franche-Comté se déroulera du 12 au 16 octobre. Et c’est une information exclusive signée Bourgogne Life.

L’année 2020 ne ressemble décidément à aucune autre. Il a fallu renoncer aux actions de promotion, aux salons professionnels comme aux événements grand public pour continuer de séduire les touristes qui auraient aimé venir en Bourgogne et dans le Jura pour découvrir et déguster nos vins. D’où l’idée de créer un rendez-vous compatible avec l’épidémie qui nous guette : un salon virtuel de l’œnotourisme en Bourgogne-Franche-Comté. Une première en France, organisée par l’association LPB. L’événement se déroulera en ligne du 12 au 16 octobre, à destination exclusivement d’un public professionnel. Stands virtuels, conférences en ligne, rendez-vous B to B… : ce salon aura tout d’un « vrai » sauf qu’il sera dématérialisé. Les exposants feront preuve d’imagination pour séduire les tours opérateurs et les agences de voyages,

Près de 2 millions d’œnotouristes par an en BFC ?

Si l’on ajoute les parts de marché de la Bourgogne (16,2 %) et du Jura (2,4 %), la Bourgogne-Franche-Comté est la première destination œnotouristique française, juste devant Bordeaux, la Champagne et l’Alsace, selon des chiffres de 2016. Depuis que les professionnels et les pouvoirs publics se sont emparés du sujet, la fréquentation des sites et des entreprises viticoles ne cesse de progresser : entre 2009 et 2016, le nombre d’œnotouristes a bondi de 7,5 à 10 millions en France. Avec une prime aux visiteurs étrangers, qui sont 40 % plus nombreux pendant la période et constituent 42 % des visiteurs – Belges, Allemands, Britanniques mais aussi Américains étant en tête des nationalités les plus séduites par le vignoble français. Les retombées économiques de l’œnotourisme sont estimées à plus de 5 milliards d’euros par an. C’est dire l’importance de cette forme de tourisme, développée depuis longtemps aux États-Unis, en Argentine mais aussi en Italie ou en Espagne.

Les enjeux du e-salon

La Bourgogne en particulier est déjà mobilisée sur le sujet. Routes des vins, labels « Vignobles et découvertes » (10 destinations dans la région), projets des cités du vin à Beaune, à Chablis et à Mâcon, Cité internationale de la gastronomie et du vin de Dijon… en sont la preuve. Les acteurs de la filière se mobilisent également, ouvrant leurs caves ou aménageant des lieux dédiés à l’accueil des touristes. Le classement des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine mondial en 2015 laisse espérer une progression continue de la fréquentation. En la matière, la Bourgogne-Franche-Comté est confrontée à trois enjeux au moins. D’abord faire en sorte que la fréquentation profite aux prestigieux vignobles des Côtes de Beaune et de Nuits comme aux autres. Ensuite inventer des concepts offrant des expériences touristiques originales et qualitatives. Enfin construire une offre œnotouristique à taille humaine qui valorise les spécificités du terroir régional sans verser dans un tourisme sans âme. Autant d’enjeux qui seront au cœur du premier e-salon de l’œnotourisme en Bourgogne-Franche-Comté.

Patrice Bouillot

Contact organisation : association La Paulée de Beaune, 06 76 72 11 48, contact@bourgognejurawinetourism.com