« L’affaire Giboulot », de la réalité à la fiction

Fred Testot Emmanuel Giboulot

Beaune accueille le tournage du téléfilm Intraitable, dans lequel Fred Testot incarne Emmanuel Giboulot, viticulteur qui fut au cœur d’une affaire qui avait défrayé la chronique en 2014.

Le New York Times avait consacré un éditorial à l’affaire en 2014, c’est dire quel degré de médiatisation avait atteint l’histoire d’Emmanuel Giboulot. Ce viticulteur, alors âgé de 52 ans, avait refusé, l’année précédente, de répandre sur ses vignes un pesticide alors qu’un arrêté préfectoral exigeait ce traitement préventif contre la flavescence dorée. Adepte du bio et de la biodynamie, il avait estimé que ses vignes ne nécessitaient pas ce traitement. Le tribunal de Dijon l’avait condamné à 500 euros, mais la cour d’appel l’avait finalement relaxé. Soulevant bien des questions sur les méthodes culturales en Bourgogne, « l’affaire Giboulot » avait largement mobilisé : une pétition défendant le viticulteur avait recueilli pas moins de 600.000 signatures, faisant de son principal protagoniste, presque malgré lui, un véritable lanceur d’alerte. L’audience prise par cette histoire avait inquiété jusqu’à l’interprofession, qui jugeait « désastreuse » son impact sur l’image de la Bourgogne viticole. Faut-il, dans ces conditions, redouter la sortie d’Intraitable, le téléfilm de Marion Laine (Voir le jour, À cœur ouvert, Des vents contraires, Un cœur simple…) en cours de tournage sur les lieux mêmes du « drame » et dont l’histoire est directement inspirée de celle d’Emmanuel Giboulot ? Un téléfilm dont le rôle-titre, conseillé d’ailleurs par le viticulteur en personne, est tenu par Fred Testot. On sait juste – et c’était une condition posée par Emmanuel Giboulot quand la production l’a contacté – que le scénario ne sera pas « à charge » contre les viticulteurs qui n’ont pas adopté le bio, dans un contexte réglementaire et sociétal qui a bien évolué depuis six ans.

P.B.